Le Prix du Jury oecuménique

« This must be the place », de l’Italien Paolo Sorrentino s’est vu décerner le Prix du jury œcuménique. Un choix plus inattendu que ne l’aurait été la fresque de Terrence Malick, « L’arbre de vie », ou « Habemus Papam », de Nanni Moretti, mais pour un film d’une qualité et d’une originalité incontestables.

Le jury l’a justifié ainsi :

« A travers Cheyenne, rockstar déchue et douloureuse, Paolo Sorrentino donne à suivre le voyage intérieur et l’odyssée d’un homme à la recherche de ses racines juives, de la maturité, de la réconciliation et de l’espérance. Drame classique d’une grande richesse et d’une esthétique recherchée, le film ouvre avec grâce des pistes de réflexion graves ».

« Cheyenne », héros de ce film qui se déroule entre l’Irlande et les Etats-Unis, est interprété par l’acteur Sean Penn, dont le jeu, assez extraordinaire, peut aisément lui valoir la Palme du meilleur acteur.

Le Jury œcuménique a également décerné deux mentions speciales aux films :

« Le Havre » de Aki Kaurismäki, en compétition officielle (ce film a également reçu le Prix de la critique internationale).

« Une ode à l’espérance, à la solidarité, à la fraternité : par une réalisation très élaborée, Aki Kaurismäki nous fait entrer dans un monde qu’il transfigure par la magie des couleurs, l’humour des dialogues, l’humanité des personnages – « le sermon sur la montagne » en filigrane », commente le Jury.

Et à « Et maintenant où on va ? », de la Libanaise Nadine Labaki, présenté dans la section Un Certain Regard.

« Les habitantes d’un petit village isolé sont prêtes à tout pour préserver la paix entre les deux communautés qui y cohabitent. Avec beaucoup de finesse et de tact, Nadine Labaki réussit une fable poétique en équilibre délicat entre comédie et tragédie, suscitant une émotion tournée vers l’espoir ».

Trois excellents choix.

Ph. ROYER

 

21/05/2011

Comments are closed.